Sélectionner une page

L’hyperperméabilité intestinale: source de nombreuses pathologies!

 

Le Docteur Catherine KOUSMINE et le Docteur Jean SEIGNALET, l’avaient bien compris et depuis de nombreuses études scientifiques ont confirmé leur hypothèse. La plupart des maladies chroniques et bon nombre de symptômes aigus sont en relation avec notre système digestif, notre flore intestinale et notre alimentation.

L’intestin joue un rôle primordial dans notre santé et dans le maintien de celle-ci. C’est l’organe clé de l’immunité du tube digestif mais aussi de notre défense immunitaire globale.  C’est aussi grâce à lui que les nutriments nécessaires au fonctionnement de notre organisme sont absorbés et redistribués là où notre organisme le demande.

 

Physiologie

 

La muqueuse intestinale est un immense filtre dont le rôle est de laisser passer les nutriments (vitamines, minéraux, acides aminés, acides gras….) et d’empêcher la pénétration de micro-organismes, macromolécules et composés toxiques.

La paroi de l’intestin grêle est revêtue d’un épithélium très mince (4/100 mm), composé par des villosités et microvillosités, très finement plissées. Il est constitué par une unique couche de cellules, les entérocytes qui assument une fonction de barrière mécanique vis à vis du contenu de l’intestin. cette barrière est obtenue par des jonction serrées (ou liaisons serrées) et sert de bouclier contre les agressions extérieures.

Cependant, lorsque la muqueuse intestinale est altérée et enflammée, les jonctions serrées se distendent et la porosité intestinale s’installe. L’intestin devient une véritable « passoire », c’est la phénomène d’hyper perméabilité intestinale ou Leaky Gut syndrome, littéralement syndrome de l’intestin qui fuit.

 

Principales causes de l’hyper-perméabilité intestinale

 

De nombreux facteurs peuvent déclencher une hyperperméabilité intestinale, voici les principaux:

  • l’alimentation moderne non adaptée à notre système digestif et qui entraîne des fermentations et putréfactions intestinales.
  • le déséquilibre de la flore intestinale (dysbiose)
  • la prise sur le long terme de médicaments tels que antibiotiques, anti-inflammatoires, corticoïdes, etc. ou la consommation de substances toxiques: métaux lourds, alcool, tabac, additifs, et conservateurs alimentaires, pesticides….
  • un déficit enzymatique,
  • le stress,
  • le sport intensif,
  • un déficit en IgA (Immunoglobules A) suite à des infections fréquentes bactériennes, virales, parasitaires, mycosiques…

 

Conséquences

 

La surface d’absorption de l’intestin grêle est supérieure à la taille d’un terrain de tennis, ce qui laisse une immense possibilité de passage dans le sang et dans la lymphe de molécules étrangères et toxiques. La rupture de cette barrière mécanique et le passage dans la circulation générale de ces substances sont le point de départ commun à des multiples pathologies. Tout d’abord des troubles de l’intestin, c’est à dire des diarrhées ou des selles molles, des ballonnements et des douleurs abdominales.

Puis le passage de ces molécules exogènes dans le sang et dans la lymphe va provoquer une intoxication sanguine (ex: œdème des membres inférieurs), puis une surcharge hépatique (fatigue générale persistante), un processus inflammatoire chronique, une réponse immunitaire qui peut en fonction du terrain de la personne aboutir à des troubles du système immunitaire.

Les atteintes immunitaires peuvent donner naissance soit à des allergies sous toutes les formes (asthme, eczéma, rhinites), soit à des intolérances alimentaires (intolérance au gluten au lait, à la caséine..) ou bien à des maladies auto-immunes (sclérose en plaques, fibromyalgie, thyroïdite de Hashimoto, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, lupus érythémateux, syndrome de Sjögren, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique).

 

Conseils d’hygiène de vie

 

L’alimentation moderne n’est pas adaptée à la santé de nos intestins. Il est primordial de suivre certaines règles alimentaires, en privilégiant une alimentation le plus possible issue de l’agriculture biologique et en éliminant de nombreux éléments nuisibles: l’alcool, le café, les épices fortes, le sucre industriel raffiné, les sauces grasses, les fritures, les fast food, ainsi que les aliments riches en gluten. Il faut aussi éviter les excès de viande. Consommez raisonnablement des laitages, préférez ceux à base de lait de chèvre, de brebis, ou de lait de soja, d’amandes, de riz ou de tofu. Mangez des légumes et les fruits cuits plutôt que crus. Il est aussi important de manger dans le calme et de bien mastiquer les aliments.

Si le diagnostic a repéré que l’origine du trouble vient de situation de stress, il faut apprendre à gérer ce dernier, en pratiquant une discipline adaptée à ses goûts et ses aptitudes: relaxation, sophrologie, yoga, Qi Gong….

 

Solutions naturelles

 

En complément de ces mesures alimentaires, il est essentiel de soutenir la fonction intestinale avec l’apport de nutriments qui vont soulager les irritations gastro-intestinales, participer à la restauration de la muqueuse intestinale et donc réduire l’hyper-perméabilité intestinale.

 

La L-glutamine est l’aliment privilégié des entérocytes et participe au maintien de l’intégrité de la paroi intestinale et à l’équilibre acido-basique de l’organisme.

La Curcumine (titrée à 95 %) extraite du curcuma longa, contribue au bon fonctionnement de l’écosytème intestinal. Des études in vitro ont indiqué que le curcuma a des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique et qu’il peut détruire ou inhiber la croissance de nombreuses bactéries. Il est aussi utilisé depuis très longtemps pour ses effets anti-inflammatoires.

Les fructo-oligosaccharides (FOS)  apportés par l’inuline de chicorée sont des fibres solubles qui stimulent de façon sélective la croissance d’une flore intestinale protectrice. Elles vont aussi permettre la production de butyrate qui va nourrir les colonocytes (cellules du colon) et donc favoriser le développement d’une muqueuse de bonne qualité. Elles sont donc utiles dans la protection du côlon et de l’intestin.

L’argile verte tapisse la muqueuse gastro-intestinale, la protège, aide à la cicatrisation (irritation, lésions ulcéreuses) et absorbe les toxines et les gaz présents dans le tube digestif.

D’autres nutriments sont essentiels pour apaiser les irritations de l’écosystème intestinal et favoriser la régénération de la muqueuse comme le zinc, le son de riz riche en gamma-oryzanols, la baie de myrtille, les vitamines A, B, C, D etc.

Article tiré de la revue les cahiers Bio-énergie, N° 46 de juillet 2011

 

%d blogueurs aiment cette page :